PROJETS

LES PROJETS ARTISTIQUES DU SUD2017

doual’art a déjà offert plus de 60 œuvres et évènements artistiques à la ville de Douala, principalement au cours des précédentes éditions de son festival international d’art public, le Salon Urbain de Douala – SUD.

La Communauté Urbaine de Douala et l’association doual’art organisent, du 5 au 10 décembre 2017, la 4ème édition du festival dont le thème est « La Place de l’Humain ».

Cécile Bourne-Farrell, commissaire générale du SUD2017, a sélectionné 16 artistes contemporains internationaux, dont 11 du continent africain. Les artistes invités relèvent le défi d’interpréter « La Place de l’Humain » dans l’espace public, avec des œuvres d’art inédites. Celles-ci suscitent chez l’habitant le désir de (se) réfléchir.

En novembre, les projets portés par les artistes  , seront finalisés. «  La Place de l’Humain » sera interprétée et matérialisée par des œuvres pérennes ou temporaires dans 4 arrondissements, 5 quartiers (Bonanjo, New Bell Ngangue, Bépanda, Ndogpassi III Bloc-Source, Nkongmondo) et 4 établissements scolaires de Douala (Lycée technique de Koumassi, Collège St-Michel, Lycée bilingue de Bépanda,  Ecole primaire New-Bell Aviation).

Simultanément, des rencontres Ars & Urbis coordonnées et animées par la curatrice Elvira Dyangani Ose et la philosophe-journaliste Séverine Kodjo-Grandvaux permettront de réfléchir sur les thématiques soulevées par les projets artistiques.

LES PROPOSITIONS ARTISTIQUES révèlent notre humanité autour de :

DUDH – La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme est un instrument de régulation des relations entre les hommes et un outil d’émancipation des peuples.
Artistes : Lucas Grandin, Kamiel Verschuren, Jean-Jacques Kanté, Hervé Yamguen, Mustapha Akrim, Michèle Magema, Emile Youmbi, Hervé Youmbi, Erik Goengrich.

L’humain et l’histoire – L’humain a un rapport au passé. Nous sommes humains parce que nous avons une histoire, parce que nous portons une histoire, parce que nous appartenons à une trajectoire historique.
Artistes : Sylvie Blocher, Justin Ebanda, Jean David Nkot.

L’humain et l’urbain – L’humain a un rapport à l’espace et à l’autre. Le cadre de vie, selon son aménagement, renforce ou non notre humanité. Les aménageurs urbains stimulent (ou non) le vivre ensemble.
Artistes : Mustapha Akrim, Iván Argote, Justine Gaga, Michèle Magema, Trinity Session, Kamiel Verschuren.

Parole à la jeunesse – L’humain existe aussi par son récit et sa prise de parole publique. Cette parole partagée peut aussi l’aider à s’émanciper et à s’évader du réel… L’humain est capable d’utopie et de rêve.
Artistes : Erik Goengrich, Lucas Grandin et Kamiel Verschuren, Chourouk Hriech, Jean-Jacques Kanté, Trinity Session, Hervé Yamguen, Emile Youmbi, Hervé Youmbi.

(01) « Le Cercle »

Michèle Magema (Rdc/Fr)

Une placette aménagée autour d’un arbre électronique aux branchages solaires. L’oeuvre simulée sur panneau sera matérialisée et inaugurée en 2018.
L’artiste réalisera une performance « Mirza ».

(02) « Bien que je n’en aie pas le droit, je vous présente mes excuses »

Sylvie Blocher (Fr)

Sculpture recto-verso en aluminium accompagnée de deux vidéos HD : « Le combattant David Ekambi » (6’) et « Le pays qui avait trop de noms » (2’)

Un autoportrait de l’artiste en pieds brandissant une pancarte où est inscrite une phrase adressée au passé et au présent du Cameroun. L’œuvre est accompagnée de deux vidéos projetées à proximité rue Foch, face JP Graphique.

“Depuis toujours cette question hante mon travail : une personne ou un pays peuvent-ils se reconstruire ou s’émanciper s’ils n’ont pas reçu d’excuses de ceux qui les ont violentés, massacrés, exterminés ?” SB

(03) « The burden »

Justine Gaga (Cmr)

Une accumulation de roues et pneus sur lesquels sont collés des mots dénonçant les “ismes” (sexisme, népotisme…), portés par un pousse-pousse. L’oeuvre simulée sera matérialisée et inaugurée en 2018. L’artiste réalisera une performance « The Gift ».

(04) « Les Chaises de la Dignité »

Hervé Yamguen (Cmr)

6 bancs publics composés de signes représentant des notions inscrites dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Enfant. L’artiste redessine ces signes et textes sur une affiche pour large diffusion.

(05) « Station de la mémoire »

Justin Ebanda (Cmr)

Des phrases … des mots … des noms de personnages historiques, portraits reconstitués sur les parois d’un abri-bus abandonné, comme des fragments de souvenirs, bribes de mémoire de patriarches interviewés.

(06) « Living together »

Emile Youmbi (Cmr)

Des ballons empreints d’articles de la DUDH sont offerts à des passants puis relâchés. Geste de dépossession et de partage aléatoire avec ceux qui les recevront comme don du ciel.

(07) « DUDH »

Hervé Youmbi (Cmr)

5 articles de la DUDH choisis par des jeunes du quartier sont écrits dans leur langue, le CamFrAnglais, et imprimés sur des plaques signalétiques de rue.

(08) « Contes de Douala : Quoi l’humain ? »

Chourouk Hriech (Fr/Mr)

Devant le dessin de Douala sublimée, de jeunes élèves révèlent leur
monde intérieur et donnent libre cours à leur imagination. L’oeuvre restitue en tendresse la poétique du récit.

(09) « Dream Pressure Tester »

The Trinity Sessions (Za)

Des rêves recueillis auprès d’habitants du quartier sont projetés sur des ballons qui, petit à petit, par leur expansion, envahissent les espaces dans lesquels ils sont confinés.

(10) « Article n° 1 »

Mustapha Akrim (Mr)

Rythmique de termes extraits de l’article 1 de la DUDH, et mis en relief sur la façade du lycée technique de Koumassi.

(11) « Les dits et les non-dits »

Jean David Nkot (Cmr)

Sur la façade en trompe-l’oeil de la maison de Ruben Um Nyobe à Nkongmondo, sont inscrits, comme une profession de foi, des extraits typographiés de son discours à l’ONU. L’oeuvre est complétée par le journal « Archives du Cameroun » créé par l’artiste.

(12) « Bépanda, Regarde-toi ! »

Lucas Grandin (Fr)

2 miroirs en vis-à-vis offrent d’infinies possibilités de jouer et de se regarder entre les textes que les élèves ont été invités à extraire de la DUDH.

(13) « ARENA of Humanity and
the Right to Business »

Erik Goengrich (All)

Une placette circulaire, un espace d’expression sur les panneaux disposés dans l’arène où les élèves peuvent échanger sur leurs projections d’avenir professionnel.

(14) « Partage de différence »

Jean-Jacques Kanté (Cmr)

4 silhouettes aux lignes dessinées symbolisent, par l’échange de fanions et de langues, l’union et la concorde. La boîte à suggestion invite à glisser des pensées.

(15) « Les équipes des Nations Unies »

Kamiel Verschuren (Nl) & Lucas Grandin (Fr) 

Les sportifs deviennent les ambassadeurs d’articles de la DUDH, imprimés d’un graphisme minutieusement étudié sur leurs maillots.

(16) « Rewriting the Universal Declaration of Human Rights »

Kamiel Verschuren (NL)

Des articles de la DUDH en cours de rédaction, à la plume et à la machine, sont diffusés sur panneaux et écrans publicitaires dans toute la ville.

(17) « Empreinter les Voix »

 Chourouk Hriech (Fr/Mr) 

Les dessins de la ville sublimée sont imprimés sur les ombrelles protégeant les moto-taxis et circulent dans la cité comme des bandes poétiques flottantes.

(18) « Oui ma vie »

Iván Argote (Co/Fr)

Un long poème gravé sur des dalles recouvrant les caniveaux, que l’on découvre en marchant en toute sécurité.